Les projets financés

AtOrI

Caractérisation des interventions autonomisantes dans l’accompagnement des personnes âgées et handicapées

Durée : 36 mois | Budget financé : 495 452 € | Mme Olivia Gross, Université Sorbonne Paris Nord

Résumé public

Partager sur

Contexte

L’autonomie est un concept philosophique auquel il est fait référence dans de nombreux textes de lois. Il est particulièrement important dans le cas des personnes âgées et des personnes handicapées, particulièrement enclines à rencontrer des limitations dans l’exercice de leur autonomie. Cependant, il reste flou, difficile à opérationnaliser, générant malgré les bonnes intentions des malentendus et des attitudes contre-productives de la part des professionnels. Ainsi, en promouvant l’autonomie des personnes concernées, est induite l’idée que quelque chose manque aux personnes vulnérables et qu’il faut les former à l’exercice de leur autonomie. Or, l’autonomie est un constituant ontologique qui est présent, même latent, quelles que soient les capacités de la personne. Il a « juste » besoin d’être reconnu et considéré pour s’épanouir. Ainsi, dans le champ de l’accompagnement des personnes, un mode relationnel et un environnement favorable permettront à l’autonomie de s’épanouir. Cela nécessite des interventions que nous appellerons « orientées vers l’autonomie ».

L’objectif principal de la recherche, qui répond au Défi 1 (Axes 1 et 2), est d’explorer et de caractériser les interventions  « orientées vers l’autonomie ». Nous faisons l’hypothèse que de telles interventions reposent sur trois caractéristiques : (1) une disposition professionnelle spécifique ; (2) un environnement de travail facilitant la disposition professionnelle ; (3) une évaluation de l’autonomie qui prenne en compte les positions des personnes concernées par rapport à l’autonomie.

Méthode

Seront conduits 8 travaux contributifs organisés en 3 grandes étapes :

Étape 1 : Une analyse de la littérature avec 3 points d’entrée : (1) Les évolutions conceptuelles, sociales et juridiques de la notion, (2) L’autonomie dans les interventions, (3) L’autonomie et les outils d’évaluation.

Étape 2 : Une analyse qualitative complémentaire : (4) Une compréhension approfondie de l’autonomie en termes de dynamiques interrelationnelles et d’enjeux conscients / inconscients à travers une approche clinique, (5) Explorer si et comment l’autonomie est prise en compte par les praticiens dans les interventions (6) Identifier les attentes des personnes concernées sur les outils d’évaluation de l’autonomie.

Étape 3 : Une articulation des parties 1 et 2 : (7) élaboration de propositions suivies (8) d’un processus de consensus entre chercheurs, praticiens et personnes handicapées et âgées de différents pays européens (via un Delphi).

Nous associons des forces de recherche complémentaires : une approche de santé publique sur les interventions (Équipes 1 et 4), une approche clinique pour explorer ce qui se passe réellement dans la relation (Équipe 2), une forte expertise sur la mesure de l’expérience des personnes (Équipe 3). Les équipes 5-7 fourniront l’accès à une base de données répertoriant les interventions ainsi qu’à des terrains d’études français et européens (professionnels et associations de personnes concernées).

Résultats

Le livrable portera sur des propositions consensuelles sur les caractéristiques « orientées vers l’autonomie » d’une intervention en termes de disposition du personnel, d’environnement de travail, d’outil d’évaluation de l’autonomie.

Perspectives

Les résultats permettront aux parties prenantes de concevoir, évaluer, transférer des interventions « orientées vers l’autonomie » afin d’accélérer la transformation de l’offre médico-sociale sur ce plan, enjeu majeur du secteur.

Photo terre vue du ciel : surface indéterminée, bleu profond striée de méandres irisés verts et orangés

Actualités sur le même thème